L’engrais

L’engrais organique comment ça marche?

On parle souvent d’engrais organique comme étant l’engrais idéal, mais on passe à côté de nombreux détails qui font que cela est loin d’être aussi simple que cela ne parait.  « Les engrais organiques ne sont pas directement assimilables par les plantes. Ils nécessitent d’abord d’être transformés par les bactéries déjà présentes dans le sol avant de faire effet. Ce processus élimine notamment le risque de surdosage. Leur action est donc une action à long terme est  relativement lente et progressive, permettant des apports nutritifs au sol pour plusieurs mois ! »

Voilà, jusqu’à là rien de compliqué et c’est la musique que nous joue la plupart des personnes. (Transmission et reproduction à l’infinie). Mais ce n’est pas si simple que cela, lorsque on nous parle d’engrais organiques c’est souvent dans le cas de jardin, ou de sol pleine terre. L’engrais organique y ait épandu, voir même enfoui, mais il y reste, alors que dans nos pots on le retire. Ces sols sont travaillés et préparés pour avoir des engrais organiques et l’on y administre dans la plupart des cas un amendement.

Alors un amendement c’est quoi : Un amendement est un matériau apporté à un sol pour améliorer sa qualité agricole. Les amendements sont donc utilisés en agriculture et pour le jardinage pour améliorer les terres et les rendre plus productives. Les amendements servent à améliorer l’état physique, chimique et biologique du sol, en favorisant le maintien d’une bonne structure et stimulent l’activité des micro-organismes. Il équilibre le pH, apporte les éléments nutritifs nécessaires aux plantes.

Grâce à l’action des bactéries, les engrais organiques libèrent graduellement les éléments nutritifs à la plante (mais cela peut aussi être interrompu si les conditions optimales ne sont pas présentes). Ce mécanisme relativement lent permet des apports au sol pour plusieurs mois. (mais encore une fois, il peut aussi être interrompu)  

L’un des atouts de ce type d’engrais, c’est que les éléments nutritifs apportés ne sont pas lixiviables dans le sol. Ils ne se dissolvent pas non plus. L’efficacité de ces engrais est donc prolongée dans le temps (plusieurs mois). Cela est rendu possible par la longue décomposition et la transformation des nutriments par les micro-organismes présents dans le sol. (La lixiviation désigne dans le domaine de la chimie  des sciences du sol, toutes les techniques d’extraction de produits solubles.)

Grâce à la matière organique présente dans les engrais organiques, la structure du sol est améliorée et, par conséquent, la capacité du sol à retenir l’eau et les nutriments augmente. (Ces phénomènes ne sont pas adaptables aux bonsaïs, de plus nous retirons, souvent bien trop tôt, la matière organique délité, mais non décomposée)

Les micro-organismes sont nécessaires pour décomposer et libérer les nutriments dans le sol. Comme ils ont besoin de chaleur et d’humidité pour faire leur travail, l’efficacité de l’engrais organique est limitée (voir interrompue) selon la saison. Ces micro-organismes obtiennent de l’énergie de la matière végétale et animale en décomposition, de sorte qu’une application d’engrais organique fournit un ensemble complet d’éléments nutritifs pour votre sol (là aussi il faut faire la différence entre délité et décomposition, combien de personnes retirent l’engrais lorsqu’il commence à se décomposer à l’apparition de moisissures, c’est justement à ce moment qu’il est totalement efficace)
Les engrais organiques se décomposent selon les règles de la nature (chaleur humidité), de sorte qu’ils peuvent ne pas libérer les nutriments dès que l’on en a besoin. En fait, il se peut que l’on voit une carence sur nos plantes au cours des deux premiers mois, car l’engrais organique n’a pas commencé son travail. 

Les rapports nutritifs sont souvent inconnus et le pourcentage global est inférieur à celui des engrais chimiques. Alors que pour l’engrais chimique les nutriments sont immédiatement disponibles pour les plantes, l’amélioration se fait en quelques jours, ils sont hautement analysés (engrais chimique) pour produire le rapport exact des nutriments désirés. Voilà, toutes les données dont on dispose sont réalisées en pleine terre. Mais que se passe t’il dans nos pots à bonsaï? C’est la grande question.

Pumice, akadama, pouzzolane etc, il existe pratiquement autant de substrat que de bonsaïkas, mais pas de terre ou très peu, donc pas d’amendement, l’on travail aussi avec de petits paniers à engrais sans ou très peu de contact avec le substrat (donc avec les micro-organismes) Quel est l’état des micro-organismes dans nos pots, combien de personnes enlèvent l’engrais organique au bout d’un mois voir deux, alors qu’il n’a pas encore commencé son travail. Le maintien d’une bonne structure du sol qui stimule l’activité des micro-organismes, peu de personnes s’en soucis. Notre souci principal avec le bonsaï est l’arrosage, mais il faut surtout laisser sécher entre deux arrosages, alors que les bactéries ont besoin d’une humidité constante et d’une chaleur optimale. Les Japonais inclus un engrais chimique en plus de l’engrais organique (je comprends pourquoi maintenant). 

Voilà je n’apporterai pas de réponse à ces questions car je ne les ai pas. Il est certain que depuis mon retour du voyage au Japon j’ai changé ma manière d’administrer l’engrais à mes bonsaïs, j’ai diversifié un maximum afin d’avoir une certaine efficacité sur mes arbres. Avec mon substrat, ma manière d’arroser, ma manière de cultiver, il me faudra quand même quelques années pour avoir un résultat fiable. Je dirais que l’engrais organique est très compliqué, que l’engrais chimique en granulés est relativement dangereux, et l’engrais liquide le plus simple à utilisé.

Pourquoi travailler avec des paniers à engrais : on a constaté depuis plusieurs années déjà qu’une granulométrie d’une certaine grosseur était plus que bénéfique à nos arbres et évite notamment le problème du pourridié, favorisait la multiplication du système racinaire et permettait aux racines de respirer. Donc inclure un engrais organique directement dans le substrat anéantirait tous ces acquis.       

Sur le net j’ai vu des personnes indiquées qu’une fois délité l’engrais organique devait être remplacé, alors que cela n’a aucun rapport. Les granulés se désagrègent naturellement au contact de l’eau (arrosage), qu’il y ait eu ou non une action bactériologique. J’ai vu aussi une personne indiquée qu’elle récupérait les granulés désagrégés, puis les faisaient mariner dans l’eau d’arrosage des bonsaïs. Alors que ces granulés sont organiques ce n’est pas de l’engrais sans l’action bactérienne et qu’en aucun cas ce n’est de l’engrais soluble (non lixiviable).

Bien des confusions sont originaires de ces informations personnelles, apprises, pratiquées, puis enseignées. Si l’on a appris une ânerie, on pratique une ânerie, puis on enseigne une ânerie, et le cycle se répète sans que les personnes ne prennent conscience que de part les enseignements erronées elles sont responsable de la mort de certains bonsaïs, malheureusement les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Je vais quand même me permettre de vous donner un conseil, lorsque vous débutez votre saison avec l’engrais, vous mettez un ou plusieurs paniers d’engrais organique, après 3 mois vous rajoutez d’autre paniers, mais sans enlever les premiers et 3 mois plus tard vous remplacez les premiers paniers sans toucher les deuxièmes, chaque panier restera ainsi 6 mois dans votre pot. 

Voilà un petit condensé de mes connaissances, issue des cours de l’EEBF, mes contacts dans certains labos, ma lecture du net et plus récemment de mon voyage au Japon. Je répète lourdement et volontairement certains mots afin qu’ils soient bien compris et qu’il n’y ait pas de confusion.   

                                                        Gaby Becker

Retrouvez les vidéos sur les engrais de NEJIKAN BONSAI

19 Responses

  • Avec tout ce que j’ai pu lire ou entendre, il n’était pas facile de se faire une opinion et mettre en pratique une gestion des engrais… cet article éclaire un peu mes lanternes. Merci pour cet article !

    Suite à l’une des vidéos au Japon dans laquelle Alexandre explique la gestion des engrais de la pépinière Syouka-en du maitre Tanibata, j’ai décidé de faire la même chose pour cette année : Tamahi (5 – 4 – 1) renouvelé toutes les 6 semaines pour les conifères et Yamato (chimique à décomposition lente 10/10/10) renouvelé toutes les 6 semaines pour tous les autres (feuillus, à fleurs…) en respectant les doses prescrites.
    Je me ferai ainsi ma propre expérience tout en ayant conscience que le climat chez nous n’est pas celui du Japon (mais cela ne devrait influer que pour les périodes d’engraissement). Bref, c’est une bonne référence je trouve, c’est simple. A voir comment réagiront les arbres 😉

    N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires 😉

  • Pour ceux qui lisent l’anglais je ne saurais que trop vous conseiller la lecture de « Modern Bonsai Practice: 501 Principles of Good Bonsai Horticulture » dans lequel il est question de l’horticulture de nos arbres. Je trouve que ce livre est particulièrement intéressant et à le mérite de dire que le bonsai est avant tout de la culture et de l’horticulture. Le passage sur les engrais est particulièrement intéressant et diffère réellement de ce que l’on trouve dans la plupart des informations classiques. Il se base sur les études scientifiques faites sur le sujet et les dernières avancées en horticulture. La recommandation principale étant l’utilisation de CRF (engrais à libération contrôlé). De plus il est complété par de superbes illustrations des arbres de Walter Paul. Si certains sont intéressés je pourrais me lancer dans une traduction française…

  • J’ai déjà vu ce post de Gaby sur facebook et je dois dire que cet article a répondu à pas mal de mes questions. Depuis j’utilise l’engrais organique comme engrais de fond que je dépose directement sur le substrat en petite quantité 2 fois par an (début du printemps jusqu’à fin de l’été et début de l’automne jusqu’au printemps suivant), et j’applique un engrais liquide toute les 3 semaines en complément
    Du coup mon engrais organique reste en permanence.
    Encore merci à Gaby pour cet article !

  • Bonjour Fabrice , lors de vos visite de pepinieres nippones , vous était impressionner par l’utilisation d’engrais chimique, savez vous lequel ils utilisent ?

    j’ai vue ou entendu que VitalBonsai utiliser de l’engrais fraisier , pouvez vous m’en dire plus ?

    Cordialement

Laisser un commentaire